Pour vérifier si votre carte CEDEAO est produite cliquez ici

Manifeste du Parti

manifeste.png

 

 

MANIFESTE POUR UN NOUVEAU CONTRAT POLITIQUE

 

Les Sénégalais sont de plus en plus conscients de l’importance du changement positif de la pratique politique au sein de notre société. En même temps, ils donnent l’impression, qui finit par devenir une réalité, d’en avoir assez des politiciens. Cela est la résultante d’incohérences et de « fautes » politiques majeures dont les responsabilités sont à situer à différents niveaux.

En effet les promesses et projets électoraux jamais tenus de part et d’autres, les alliances et contre-alliances nouées (et) ou rompues au gré des humeurs, les divergences crypto-personnelles, la « désacralisation » de la Constitution martyrisée par des changements souvent non conformes avec l’esprit d’un nouveau État de droit, les motivations essentiellement électoralistes des uns et des autres… sont des plaidoyers redoutables qui remettent en cause la crédibilité et la respectabilité politiques et démocratiques au Sénégal.

Face à ce scénario, un nouvel esprit de la pratique politique s’impose. Esprit qui devrait générer en substance les éléments et les principes d’un nouveau contrat politique entre les Sénégalais et ceux qui leur proposent et leur demandent de présider à leur destinée. Ce nouveau contrat politique devrait avoir comme ferment une volonté de conscientisation et d’incitation permanentes des citoyens sénégalais à une participation plus responsable dans les enjeux politiques et sociaux majeurs susceptibles d’influencer le cours de leur destin. Qu’ils ne soient pas de simples « spectateurs » dont on se sert pour satisfaire des ambitions électoralistes et politiciennes.

Ce contrat devrait également être porteur et fécondateur d’un projet de société dont les préoccupations engloberaient, à priori, les revendications et les soucis constants et quotidiens des Sénégalais fatigués depuis des décennies de supercheries et de comédies politiciennes.

Il s’agirait alors de favoriser une meilleure insertion des Sénégalais et surtout, des jeunes sénégalais dans la vie économique et sociale de leur pays par une démocratisation de la formation, mais une formation en parfaite adéquation avec les exigences d’un développement harmonieux et durable, et surtout par une valorisation des ressources humaines.

Ce pari ne pourra être réussi que grâce à la promotion et à la multiplication de pôles de développement régionaux et par une meilleure allocation des ressources.

Ce contrat devrait s’inscrire dans une dynamique unitaire ; c’est-à- dire arriver à persuader, convaincre et regrouper le plus grand nombre de Sénégalais – surtout les jeunes – sur le principe de l’utilité, voire la nécessité d’adhérer à ce projet commun où tous se sentiraient responsables et conscients que leur avenir se bâtira avec et par eux-mêmes. Cela impliquerait la liberté et le respect mutuel des idées, des convictions, des cultes et l’attachement au renforcement des éléments stabilisateurs et fécondants de notre patrimoine national commun afin d’échapper à l’uniformisation culturelle qui risque de nous propulser dans les incertitudes de la globalisation en cours.

Ce contrat se voudra d’un projet rassembleur en s’associant à toutes les initiatives et actions politiques susceptibles de contribuer à l’essor d’un espoir durable où la sécurité et le développement économique, social, intellectuel, moral et physique, seraient garantis à tous.

Il devrait enfin aider à définir et à enrichir les principes d’un projet fédérateur et les cadres de concentration entre les forces de progrès de la sous-région et du Continent pour une meilleure intégration africaine.

En définitive, la politique ne devrait pas être uniquement une question d’opinion ; elle est plutôt une question de maturité et par maturité on entend le sérieux et la compétence. Elle ne devrait pas être non plus que l’affaire des hommes au pouvoir ; car si tel est le cas adieu l’espoir des nations.